tirsdag den 6. oktober 2015

Om at gå i bjerge

Napoleonsruten fra Saint Jean Pied de Port lukker 1. november, hvorefter Camino Frances indtil 1. april går via Valcarlos. Men uanset hvilken års tid man går i bjergene, kan vejret drille. Jeg har fundet denne franske "brugsanvisning" på turen af Napoleonsruten over Col de Bentarte og Col de Lepoeder (samt de øvrige bjergstier på den samlede Jakobsvej fra Le Puy i Midtfrankrig til Santiago), som I kan læse nederst i denne artikel. Rådene kan skæres ned til følgende: a) Undersøg vejrudsigten før du går. Er der udsigt til tåge, sne eller uvejr, så lad hver at gå eller vælg en alternativ rute (Valcarlos). b) Gå aldrig alene. Hold dig i en gruppe med andre pilgrimme c) Vend om, hvis vejret pludselig ændrer sig. Selv mindre snebyger kan lægge sig i driver, så du ikke kan se stien og de farlige kløfter. Og d) Husk altid nok drikkevand.
Redaktøren af denne side har gået over Pyrenæerne ved Saint Jean Pied de Port 4 gange og 1 gang ved Somport-passet. Jeg har gået i sol, regn, blæst og en gang ( i Somportpasset ) i strålende sol med fuldstændig ufarlige rester af sne på toppen. En enkelt gang har jeg valgt at tage turen over Valcarlos. Jeg foretrækker afgjort Napoleonsruten fremfor Valcarlos-ruten. Turen over Col de Lepoeder med vilde heste ( måske flot sol) og fantastiske udsigter herunder ned på klostret i Rolandspasset er noget helt for sig. Det hører dog med til historien, at der i vinteren 2014/15 var 70 redningsaktioner på Napoleonsruten - flere gange med helikopter og hunde efter pilgrimme. Her under får I de meget poetisk formulerede advarsler, som den franske pilgrim Jean Louis Cazamea har skrevet. Med billeder fra Napoleonsruten i Pyrenæerne i flot vejr taget af undertegnede.
LES DANGERS DE LA MONTAGNE
Qu’il veuille traverser les plateaux de l’Aubrac, franchir les Pyrénées, déposer sa pierre à la Cruz de Hierro, ou monter au Cebreiro, le pèlerin de Saint Jacques sera confronté à la montagne. De graves incidents récents nous incitent à rappeller les plus grands dangers propres à ce milieu et à publier quelques conseils pour en minimiser les effêts.
Les dangers de la montagne
Tout le monde vous le dira : marcher en montagne, c’est comme marcher en plaine.
Sauf que... Sauf que si vous vous promenez en montagne, les chemins empruntés seront bordés de ravins et non de petits fossés.Vous serez donc obligés de faire très attention à l’endroit exact où vous allez poser vos pieds et vous savez qu’il est difficile de surveiller deux choses à la fois : le chemin que l’on doit suivre et la pointe de ses chaussures.Dans les passages délicats il n’est plus permis de penser à autre chose qu’à la marche.
Sauf qu’en montagne les côtes sont à la fois plus longues et plus raides. Rares sont les temps morts ou les petits replats qui permettent de reprendre son souffle. La respiration est haletante, la vue se brouille un peu, juste au moment où il faut être particulièrement attentif à ne pas trébucher.
Sauf que si vous vous égarez en montagne vous ne trouverez pas un village ou une ferme accueillante au détour de chaque sentier. De longues heures peuvent être nécessaires pour rejoindre la vallée dans de bonnes conditions. Attention plus soutenue, effort plus intense et de plus longue durée, navigation plus difficile : il n’y a vraiement pas de quoi effrayer le pèlerin expérimenté que vous êtes.
Tous les pèlerins expérimentés vous le diront : pérégriner en montagne, c’est à peine un peu plus difficile que de pérégriner en plaine.

Sauf que... Sauf que quand il fait beau, le soleil est à la fois plus brillant et plus chaud qu’en plaine.Gare aux coups de soleil et aux ophtalmies qui vous donnent le regard attachant du lapin atteint de myxomatose.
Sauf que quand il fait froid en plaine, il fait 8 degrés de moins à 1000 mètres plus haut.
Sauf que le petit vent frais que vous appréciez en plaine se transforme en tempête, traverse tous vos vêtements, arrache les chapeaux, retourne les parapluies et relève les ponchos pardessus la tête.
Sauf que la petite pluie se transforme en averse violente (ou en neige s’il fait froid) Soleil plus chaud, ou froid plus intense, ou vent plus fort, ou pluie plus dense : il n’y a pas encore de quoi effrayer le montagnard expérimenté que vous êtes
Tous les montagnards expérimentés vous le diront : traverser les montagnes c’est comme traverser les plaines sauf que...

Sauf qu’en montagne une complication arrive rarement seule et que les grandes difficultés commencent quand plusieurs désagréments se produisent en même temps et conjuguent leurs effêts.
Voici quelques exemples de ces combinaisons fréquentes :

Le soleil et le vent : le sentiment de fraicheur procuré par la petite brise qui vous pousse vers les sommets cache les brulures causées par le soleil et vous incite à négliger vos protections habituelles (crème solaire et vêtements).Vous ne sentez pas le danger.De la même façon vous ne voyez pas le danger quand un léger voile de nuages vous cache la vue du soleil. Soleil et vent, soleil et vent et voile de nuages que de belles brûlures en perspective !

Le froid et le vent : le vent augmente de façon trés sensible les effets du froid. On estime par exemple que la déperdition de chaleur quand il fait zéro degré avec un vent de 20 km à l’heure est équivalente à celle subie par moins dix degrés sans vent

La neige et les nuages : dans certaines conditions d’éclairage, par temps couvert, il devient très difficile de voir le relief et vous naviguez dans un monde brumeux, sans horizon (jour blanc). Pour peu qu’il s’y ajoute un peu de vent, les fausses sensations que vous éprouvez sont telles que vous tombez même à l’arrêt car vous êtes incapable de tenir votre corps à la verticale. Imaginez ce qui peut advenir si vous êtes égaré dans ces conditions

La neige et le vent : Le vent peut transformer une chute de neige anodine en galère.La répartition de la neige peut être très irrégulière et créer des congères. Vous ne verrez plus ni la signalisation horizontale ni vos propres traces (sur les quelles vous comptiez pour faire demi tour) car elles seront immédiatement effacées. Les sentiers et même les routes peuvent disparaitre. De plus la progression déja pénible en montagne va neccesiter un surcroit de dépense d’énergie que vous ne pourrez pas fournir car vous étiez déja à la limite de vos forces. D’où épuisement et moindre resistance au froid ... et le cycle des ennuis s’accélère qui conduit à la catastrophe.

Soleil, vent, pluie, neige, grêle, basses températures, fatigue, ravins, visibilité, sans oublier la foudre, l’expérience prouve que tous ces éléments se combinent entr’eux et que le resultat n’ est jamais à votre avantage

Je pense qu’il y a ci-dessus de quoi non pas effrayer, (ce n’est pas le but de cet article) mais faire prendre conscience des dangers de la montagne. Le respect de quelques conseils doit permettre de les affronter sans trop de dommages.

Les premières recommandations concernent ceux qui s’occupent des chemins et des pèlerins. Elles sont déja appliquées mais il n’est peut être pas inutile de les rappeller :
Assurer pour les étapes de montagne un balisage particulièrement soigné, visible par tous temps, diffficile à recouvrir par la neige.
Prévoir, chaque fois que possible, un itinéraire alternatif qui passe à une altitude moins élevée donc moins souvent et moins longtemps enneigé
Informer des difficultés de la montagne, surtout quand le temps est mauvais. Insister en cas de besoin
Orienter les pèlerins vers les voies alternatives. Si cela n’est pas suffisant pour éviter les problèmes, leur recommander les routes déneigées empruntées par les voitures. Si cela ne suffit toujours pas, leur conseiller de différer leur départ.
En ce qui concerne les pèlerins, les conseils sont également très simples :
Se renseigner sur place et surtout suivre les recommandations que l’on vous donne
Préparer l’étape avec plus de soin que d’habitude. Noter en particulier les points d’eau et les abris possibles.
Prévoir une alimentation adaptée aux efforts très importants et de longue durée.
Ne pas présumer de ses forces. La montagne en hiver est un milieu hostile réservé à des marcheurs en bonne condition physique, bien entrainés et bien équipés.
Prévenir votre lieu de destination de l’heure de votre départ, de l’itinéraire que vous voulez suivre et de l’heure estimée de votre arrivée. Ce sont ces éléments qui serviront de base à d’éventuelles recherches
Partir tôt. Les journées sont courtes en hiver et si vous êtes retardés par un problème vous serez content de disposer de quelques heures de lumière du jour pour le régler
Ne jamais partir seul .Essayer de constituer un groupe homogène
Ne jamais hésiter à faire demi tour. Savoir oublier les contraintes d’un programme sérré. Ce que vous ne ferez pas cette année vous pourrez le faire à une autre occasion.
Ne jamais s’écarter volontairement de la route prévue. C’est par là qu’arriveront les secours.
Comme vous le voyez, il s’agit de conseils très simples, que vous devez suivre même s’ils vont à l’encontre de vos habitudes et de l’esprit de liberté du chemin. C’est, en montagne, le prix à payer pour arriver à bon port.

Rappelez vous, vous êtes parti en pèlerinage pour aller jusqu’ à Saint Jacques, pas pour mourir en cours de route.